Opinion Way
24/11/2017
Gouvernement Philippe I : des personnalités qui doivent encore convaincre
Par Floriane Schaeffer / 22/05/2017 / 1 Réactions

Dès son élection, la composition du gouvernement d’Emmanuel Macron a été l’objet de nombreuses discussions quant aux personnalités qui pourraient être amenées à y prendre part. Démontrant sa volonté de rassembler les Français et d’amorcer une recomposition du paysage politique, le président nouvellement élu a choisi de nommer Edouard Philippe, issu des Républicains, au poste de Premier ministre. Ce premier gouvernement du quinquennat comprend 18 ministres, venant aussi bien de la sphère politique que de la société civile.

Face à cette situation inédite, OpinionWay a demandé à une centaine de Français de s’exprimer spontanément, grâce à sa communauté qualitative en ligne Opinion’Live1, sur leurs perceptions du Premier ministre, du gouvernement et sur leurs attentes vis-à-vis de ces personnalités. L’objectif était de recueillir à chaud ces premières réactions, dès l’annonce de la nomination du gouvernement, et d’en analyser le contenu.

Edouard Philippe, une personnalité méconnue qui doit faire ses preuves

  • La grande majorité des participants à la communauté ne connaissaient pas le Premier ministre Edouard Philippe avant sa nomination à ce poste et expriment leur surprise quant à ce choix. D’autres personnalités, plus présentes sur la scène politique nationale, étaient attendues comme chef du gouvernement. Ont notamment été citées Sylvie Goulard, Gérard Colomb et François Bayrou.
  • Concernant le parcours professionnel d’Edouard Philippe, les participants à la communauté retiennent deux éléments essentiels : ses activités chez Areva et sa compétence en tant qu’ancien énarque. Suite à sa nomination, plusieurs participants à la communauté ont indiqué avoir regardé une émission consacrée à son mandat en tant que maire du Havre et font un bilan plutôt positif de son action locale. Le reportage a permis de mettre en valeur les atouts du Premier ministre, qui s’implique fortement dans son mandat municipal et va à la rencontre de ses administrés.

    « Le point positif est que c'est un Enarque tout comme le président et, tout comme lui, il a eu une expérience professionnelle dans le privé. »
    « Un inconnu qui comme tous les hommes politiques sera à cent lieues de nos préoccupations quotidiennes. »
    « J'avais suivi une émission sur lui en tant que Maire du Havre et j'avais aimé sa façon de "mettre les mains dans le cambouis" Je pense qu'il est droit dans ses bottes que c'est un combatif (boxe) qu'il sait dialoguer mais rester ferme. […] Je pense que de sa vie de maire et de sa vie de famille cela pourrait être quelqu’un qui ne parle pas de pains au chocolat à 15 cts ou de Prisunic…»
  • Les participants à la communauté émettent davantage de réserves sur la personnalité même d’Edouard Philippe et indiquent avant tout assez mal le connaître. Certains déclarent qu’il dégage une image d’homme « droit, austère, sévère », tandis que d’autres le qualifient de « volontaire et travailleur ». La déception quant à cette nomination vient avant tout de personnes qui connaissent un peu mieux son expérience politique : ils le décrivent en termes plus nuancés, parlant d’une personnalité « ambitieuse » et même « opportuniste ». Son refus de communiquer sur son patrimoine représente également un élément négatif pour ses détracteurs, qui attendent une moralisation plus affirmée de la vie politique. Sans bien le connaître, de nombreux participants à la communauté ne se déclarent pas forcément hostiles à cette nomination et déclarent qu’ils attendent de voir ses premiers mois en fonction avant de pouvoir se prononcer plus finement et expriment de fortes attentes sur sa capacité à rassembler les Français. Son manque de notoriété semble donc jouer en sa faveur, en lui permettant de s’afficher comme une personnalité externe aux querelles politiques.

    « Je ne le connaissais pas du tout, donc peu importe pour moi du parti dont il est issu, j'attends juste qu'il fasse son job. »
    « Je ne connais pas ce Premier ministre alors je lui laisse sa chance. Je le trouve jeune, il va certainement apporter un nouveau souffle. A cette annonce, j'étais surpris de ne pas voir quelqu’un de plus connu mais surpris dans le bon sens, dans le fait d'apporter de la nouveauté. »
    « Je suis perplexe et en attente. […] Je ne pensais à personne en particulier en tant que Premier ministre mais j'espérais quelqu'un avec plus d'expérience. »
    « Il a l'air plutôt cool mais en même temps dangereux. »
    « C'est le genre de choix que j'attendais, car je craignais que Macron ne penche trop à gauche et décourage vraiment ceux qui ont voté pour lui tout en venant plutôt de la droite. »

Un gouvernement placé sous le signe du renouveau et de l’ouverture…

  • Les participants à la communauté émettent des avis partagés au sujet du nouveau gouvernement, saluant l’entrée en fonction de personnalités issues de la société civile d’une part, tout en émettant davantage de réserves au sujet des hommes politiques plus présents sur le devant de la scène d’autre part. Toutefois, ils semblent prêts à laisser ce nouveau gouvernement faire ses preuves et à démontrer son efficacité. Au-delà des considérations politiciennes, les participants à la communauté attendent avant tout que le gouvernement se mette au travail et dépasse le clivage gauche-droite pour améliorer la situation de chacun en France.

    « Je n'ai pas voté Macron mais je veux lui faire crédit sur le choix de son Premier ministre et de ses ministres tant qu'il respecte ses engagement : changement de méthodes, changement de visages »
    « J'espère que la personnalité du Premier ministre, qui est assez proche de celle d'Alain Juppé, permettra une cohabitation / collaboration efficace pour rénover les institutions de ce pays en évitant les clivages politiques stériles qui gangrènent notre pays depuis trop longtemps. »
    « J'espère que ces personnes vont travailler plus humainement en considérant véritablement les problèmes et les citoyens plutôt que de penser à leur propre personne ! »
  • La plupart des participants à la communauté se montrent satisfaits de l’entrée au gouvernement de personnalités issues de la société civile et expriment leur enthousiasme face à la nomination de Nicolas Hulot, Laura Flessel et Françoise Nyssen. L’entrée au gouvernement de Nicolas Hulot, qui a déjà refusé par plusieurs fois de prendre la tête d’un ministère, est particulièrement commentée : les participants à la communauté espèrent que sa nomination permettra de donner un souffle nouveau à la transition écologique en France. Surtout, il est perçu comme la caution verte de ce gouvernement, se distinguant d’Edouard Philippe perçu comme peu sensible à ces questions. Ces personnalités incarnant le « renouveau » sont jugées compétentes pour prendre la tête de leurs ministères respectifs étant donnée leur expertise dans leurs domaines de prédilections, mais ils devront toutefois faire leurs preuves tout restant fidèles à leurs convictions.

    « Il y a plus de monde car il y a il me semble 18 ministres contre 15 annoncés. Par contre, je suis content de voir de nouvelles têtes et des personnes civiles. J'ai hâte de voir ce que Nicolas Hulot va faire ne matière environnement, c'est le personnage marquant pour moi de ce ministère. »
    « Des personnes légitimes à la santé, à l'égalité hommes-femmes, à la transition énergétique, certaines issues de la société civile - un bon point. Je ne suis ni catastrophée ni enchantée, j'attends de voir leur action. Ce que j'attends en priorité : qu'ils aient un comportement exemplaire et qu'ils ne tombent pas dans les travers de leurs prédécesseurs. »
    « Point positif : ils semblent avoir mis des ministres compétents dans leur ministère. Un médecin à la santé, une DRH au travail, une sportives aux sports, un écolo à l'environnement, un libéral à l'économie, une éditrice à la culture, Madame RATP aux transports... Ça parait facile sur le papier... »
    « [A propos de Nicolas Hulot : ] Personnalité importante car connu de tous les Français pour son engagement en faveur de l'écologie, engagement militant fort mais non politisé, hormis sur des menaces de candidatures lors des précédentes présidentielles jusqu'à présent. J'attends de lui qu'il prenne des actes forts, des améliorations en faveur de l'environnement au quotidien dans la vie des Français mais aussi sur des grands projets. »
  • Les participants à la communauté se montrent plus mitigés sur l’entrée au gouvernement d’autres personnalités politiques plus connues, comme François Bayrou, Bruno Le Maire et Gérard Collomb. Certains pointent même du doigt l’ « arrivisme » de ces ministres et dénoncent leur arrivée au gouvernement comme une stratégie politicienne, visant à affaiblir les grands partis de droite et de gauche.

    « Pour le renouvellement : on ne peut pas vraiment dire que Le Drian, le tandem Bayrou-Sarnez, Collomb ou même Le Maire soient des nouveaux venus. »
    « Collomb, Bayrou, Le Drian; où est la nouveauté, la jeunesse ? »

… mais dont la pérennité est fortement remise en question

  • Certains participants à la communauté déclarent être sceptiques sur la cohésion de ce nouveau gouvernement, composé de personnalités hétéroclites et de tendances politiques différentes. Cette diversité est à la fois perçue comme une force, un signe de la volonté de dépasser les clivages politiques pour régler les problèmes que ni les gouvernements de droite, ni ceux de gauche n’ont pu résoudre, mais aussi comme un danger potentiel, pouvant remettre en cause la cohésion du gouvernement et des institutions en cas de désaccord sur les politiques à mener.

  • De manière plus globale, la pérennité de ce gouvernement est mise en question à l’approche des élections législatives, à l’issue desquelles il pourrait être remanié. Les participants à la communauté se montrent donc prudents sur son avenir, estimant que la situation se clarifiera dans les mois à venir.
    « Les législatives sont un vrai point d'interrogation. Sachant que le gouvernement a besoin d'une majorité pour pouvoir agir, et voyant les résultats très divisés des élections présidentielles, je me demande bien ce que ça va donner. Moi-même je me demande pour qui je vais voter (en tout cas, je sais au moins pour qui je ne voterai pas). »
    « Ce gouvernement doit surtout montrer sa cohésion et son travail comme vitrine pour les législatives. J'attends aussi que la loi de moralisation soit vraiment lancée. Je pense que ma décision est prise, il faut essayer de donner une majorité à Macron pour lui donner une chance. »
    « Emmanuel Macron veut faire exploser la droite pour s'assurer une majorité aux législatives, mais n'oublions pas qu'il y a encore l'extrême droite et l'extrême gauche encore dans le jeu politique. »

Pour conclure, plusieurs grands enseignements sont à tirer de ces réactions quelques jours après la nomination du premier gouvernement de la présidence d’Emmanuel Macron :

  • Les participants à la communauté se placent avant tout dans une posture attentiste, ne s’estimant pas légitimes pour juger un gouvernement composé de personnalités qu’ils connaissent mal. Ils attendent de voir quelles seront les premières décisions du gouvernement avant de juger son action.
  • Ils accueillent toutefois favorablement l’entrée au gouvernement de personnalités issues de la société civile. La volonté d’ouverture, de sortie de l’entre soi politique et de la logique des partis, est vue de manière positive. Les participants à la communauté expriment ainsi leur envie de donner une chance à ce gouvernement inédit.
  • L’avenir du gouvernement semble toutefois être suspendu aux élections législatives, qui pourraient conduire à un remaniement rapide, remettant ainsi en cause la diversité du gouvernement.

Elle a été menée sur la plateforme Opinion’Live et modérée par des animateurs spécialisés. Afin de garantir la liberté de parole de chacun des participants, les interventions rapportées ont été anonymisées.


‘‘opinionlive est la première communauté qualitative permanente en ligne, gérée par ‘‘opinionway. Chaque semaine, les participants sont sollicités sur un sujet de société ou une problématique marketing pendant deux à trois jours.
Agences, entreprises, associations, la communauté ‘‘opinionlive permet à tous les acteurs sociaux d’entrer en contact avec les émotions et analyses directes d’un échantillon de plus de 100 personnes, réactif non seulement aux grands sujets de société, mais également à des problématiques propres à chacun. Les participants interagissant entre eux, pouvant se corriger, se compléter ou parfois même s’opposer fermement, la communauté développe un contenu riche, varié, réfléchi, au-delà de la simple expression d’un point de vue.

***

1 Opinion’Live, la communauté qualitative permanente en ligne d’OpinionWay, a débattu du 17 au 19 mai 2017. Le panel est composé d’environ une centaine de personnes qui débattent chaque semaine sur des sujets d’actualité et de société. La conversation a été menée sur la plateforme Opinion’Live et modérée par des animateurs spécialisés. Afin de garantir la liberté de parole de chacun des participants, les interventions rapportées ont été anonymisées.

» Retour...

Cette entrée a été commentée 1 fois

Rédigé par: Pierre L

Le 01/06/2017 à 21h58

Hyper intéressant, merci !

Entrées récentes

 

 

 

 

 

WCZYTYWANIE